Comment apprendre du vocabulaire efficacement sans l’oublier 10 minutes après..

« Apprendre une langue, c’est long et difficile. »

C’est un mythe très courant.J’ai rencontré trop de gens intéressés par les langues se décourager aussi vite que l’idée leur est venue.

« De toute façon je n’ai jamais été bon en langue »« Je n’ai pas le temps »« C’est trop compliqué »

Et bien justement parce que c’est long et compliqué, pourquoi ne pas simplifier le processus ?Voici quelques conseils basés sur mon expérience personnelle pour apprendre du vocabulaire efficacement, et enfin le retenir !

Inutile de tout apprendre !

Le Français usuel est composé d’environ 132 000 mots selon le dictionnaire « Le littré ».À raison de quatre mots par jour, il vous faudrait à peu près 82 ans pour tout apprendre.

Lors d’une étude réalisée en 2010 par des chercheurs de Harvard et Google, leur base de données de livres numérisés a été scannée, analysée, pour ne dénombrer pas moins de 1 022 000 termes anglais, c’est-à-dire environ 700 ans pour tout apprendre…À savoir que ce calcul regroupe des mots usuels mais aussi d’autres considérés aujourd’hui comme obsolètes. Comme vous pouvez le deviner, il est impossible d’apprendre tous les mots d’une langue, d’une part parce qu’il y en a beaucoup trop, et d’autre part parce que les langues évoluent et de nouveaux termes apparaissent fréquemment.

Et entre nous, c’est inutile. Voyons pourquoi dans la partie suivante.

Faites le tri !

La plupart d’entre vous n’a pas besoin de maîtriser la langue parfaitement, l’objectif est avant tout de savoir se débrouiller au quotidien.Vous verrez ainsi que la liste se réduit considérablement de 132 000 mots à une moyenne de 5000 mots pour la langue française.

Ça change la donne !

Sachant que ce nombre inclue tous les termes dont vous avez besoin pour parler d’à peu près tous les sujets, la grande majorité de ce vocabulaire sera rangée dans la case des mots moins sollicités.Le genre de mots un peu pointu que l’on a du mal à caler dans une conversation de tous les jours.  Pour les mots « actifs », ils sont utilisés bien plus fréquemment. Ils constituent le noyau des conversations basiques du quotidien : quelques centaines de mots !La liste se raccourcie encore pour aboutir à ce que j’appelle « Le tronc commun ».

Le tronc commun, kékecé ?

C’est l’ensemble des mots qui vous permettra de vous débrouiller au quotidien pour des conversations basiques. Les éléments indispensables pour commencer l’apprentissage du bon pied.La bonne nouvelle est qu’il s’agit des mêmes mots peu importe la langue !

D’où le terme de « Tronc Commun ».

Il est constitué d’une centaine de mots classés par catégories :

  1. Verbes « être, avoir, aimer, parler, dire, écouter, regarder »
  2. Les conjonctions de coordination (Les fameux mais, où, et, donc, or, ni, car)
  3. Les formules de politesse
  4. Comment montrer et décrire dans les grandes lignes (couleurs, taille, forme, nombre)
  5. Mots de questionnement (Qui, quoi, comment…)
  6. Émotions
  7. Localisation (Droite, Gauche, Haut, Bas…)
  8. Pronoms personnels
  9. Possession
  10. Oui/Non
  11. Mots de liaison

Une fois que vous connaitrez ces mots, vous aurez déjà construit une base très solide de vocabulaire, permettant de communiquer et de subvenir à vos besoins si vous partez en voyage ou commencez une expatriation par exemple.

Si l’expatriation est un sujet qui vous intéresse, j’ai créé une newsletter appelée « l’Actu Expat ».

Deux fois par mois je vous envoie un petit résumé de l’actualité dans le domaine de l’expatriation et des langues, avec en bonus des infos et nouvelles sur ma propre aventure en Suède.

Rendez-vous sur mon site, indiqué en bas de l’article, pour en savoir plus.

Pour l’heure, revenons à nos moutons.

Le vocabulaire spécifique.

Une fois que vous pouvez utiliser les mots du tronc commun, il sera temps d’aller un peu plus loin. Vous n’aurez que les fondamentaux de la langue et si vous voulez étoffer vos conversations, il va falloir s’intéresser au vocabulaire plus spécifique.

Pour cela je vous invite à vous concentrer sur trois axes principaux :

  • Vos besoins
  • Vos centres d’intérêts
  • Votre quotidien

Pourquoi ces trois axes ?

Tout simplement parce que cela vous donnera une ligne directrice. En effet, apprendre du vocabulaire n’est pas tâche facile. C’est beaucoup de travail et les sources sont infinies.

Facile de se perdre dans tout ça !

En se concentrant sur vos besoins, ce qui compte vraiment, il vous sera plus facile de quantifier votre progression : En définissant un objectif clair et défini, ou thème de vocabulaire spécifique, vous cadrez votre travail.Une fois votre but atteint, fixez-vous-en un autre, et ainsi de suite.

Personnellement, j’ai malheureusement utilisé de mauvaises méthodes pour apprendre le Suédois. Je n’ai tout simplement pas suivi les recommandations que je vous donne aujourd’hui.

Pour resituer je suis Infirmier français, et en 2017 je me suis fixé pour objectif de devenir soignant en Suède.Le plan était simple : J’avais 6 mois pour maîtriser les bases de la langue et trouver un travail pour rester dans le grand nord.

J’ai commencé à apprendre les bases à l’université de Stockholm et ai décidé de continuer la majeure partie de mon apprentissage en autodidacte. J’avais cependant une mauvaise méthode induisant de grosses lacunes. Je ne comprenais pas ce qu’on me disait, les premiers jours dans la vie active ont été très compliqués et je ne vous parle même pas du vocabulaire médical auquel je ne m’étais que peu attardé.

J’ai eu le cas d’un patient qui voulait absolument m’expliquer quelque chose d’important pour lui. Quelque chose… que je ne comprenais pas.J’avais beau lui dire « Jag förstår inte » (je ne comprends pas), il continuait ses explications, tentant de reformuler pour que comprenne enfin ce qu’il avait à me dire.Il avait certainement besoin de quelque chose, un problème à me confier, mais ça ne fonctionnait pas.Je restais pourtant à son chevet par politesse, faisant de mon mieux jusqu’au moment où le patient s’est mis en colère. J’ai tout de suite été chercher un infirmier pour qu’il prenne la relève, résolve le problème du patient et celui que je venais de créer…

Je travaillais alors tous les soirs jusque tard pour apprendre tout le vocabulaire qui me manquait, et celui que j’avais noté pendant ma journée de travail.

C’était fatiguant, long et compliqué, mais j’y suis arrivé.

En vous focalisant sur ce dont vous avez vraiment besoin d’apprendre dès le début, vous vous éviterez bien des situations comme celle-ci.

Et le reste ?

En vous concentrant uniquement sur vos besoins, vous ne couvrirez pas non plus l’ensemble du vocabulaire pour parler couramment, il faudra élargir progressivement les recherches pour ne pas se limiter.

Mais comment faire sans se perdre ?

Je me suis tourné vers une méthode simple mais efficace : Se concentrer sur son quotidien et ses centres d’intérêts.Ayant besoin de prendre le métro quotidiennement pour me rendre sur mon lieu de travail, je mettais à profit ce temps pour regarder autour de moi. Le métro était rempli de publicités en tous genres.

C’était une mine d’or !

Je les photographiais, et les étudiais pour en retirer le plus de vocabulaire possible. Après ça j’étais tellement heureux de comprendre les publicités qui m’entouraient !C’était un peu le même sentiment qu’a un enfant de 6 ans qui apprend à lire et déchiffre ses premiers mots.En faisant de même vous trouverez du vocabulaire sans même vous fatiguer !Cependant, il y a un inconvénient à cette méthode : Vous devez vivre à l’étranger.

Ce n’est pas le cas ? Alors on s’adapte !

Prenez aussi en photo des publicités que vous voyez souvent dans le bus ou les métros. Recherchez des marques de vêtements étrangères qui vous plaisent et rendez-vous sur leur site.Tentez de traduire et de dégager du vocabulaire de tout ce qui vous intéresse, ou vous intrigue.De cette manière, vous créez aussi un lien avec les mots que vous apprenez puisqu’ils sont associés à quelque chose qui vous intéresse.

L’apprentissage se fait alors plus en douceur.

C’est ce que j’ai fait : J’aime particulièrement deux séries : « Breaking Bad », et « One Piece », deux œuvres bien différentes que je me suis efforcé de lire ou regarder en Anglais de manière studieuse.C’est-à-dire que chaque mot m’étant inconnu était automatiquement reporté dans un carnet de notes que je réutilisais plus tard dans la journée.Je créais ainsi des listes de vocabulaire spécifiques à ces séries.Elles se sont axées sur des thèmes comme la piraterie, la stratégie mais à part ces sujets très précis, les dialogues étaient extrêmement riches, et j’ai beaucoup appris de cette manière-là.J’ai même pu améliorer ma compréhension orale du fait que je regardais la série en Version Originale (VO).

De cette manière, non seulement vous gagner du vocabulaire facilement, mais vous créez « votre propre interprétation de la langue » en vous concentrant sur ce dont vous avez vraiment besoin, ce qui vous intéresse et vous entoure au quotidien.

Le reste viendra à force de pratique. Gardez en tête que l’objectif n’est pas de maîtriser la langue parfaitement, mais bien de se débrouiller au quotidien.

En commençant par apprendre les mots absolument incontournables vous construirez des bases solides. Une fois cette étape terminée vous devrez élargir un peu vos recherches en vous concentrant sur ce qui est vraiment important : Vos besoins, Vos centres d’intérêt, votre quotidien. De cette manière vous apprendrez énormément de vocabulaire, sans pour autant vous perdre dans la vaste étendue de mots à connaître.

Enfin souvenez-vous qu’une langue, ça évolue.Que ce soit votre propre interprétation, ou la langue en générale, ce ne sont pas des éléments fixes. Elles évoluent au fil du temps en fonction de leur utilisation, de la modernisation du vocabulaire.La preuve : Le verbe « Twitter » est inclus dans le dictionnaire Larousse !

En Suède il existe un moyen de paiement très simple appelé « Swish » permettant de payer ses factures ou envoyer de l’argent à quelqu’un de façon très simple avec son téléphone.Comme c’est une application très utilisée, il existe un verbe particulier pour ça : « Att Swisha » (utiliser Swish ou Swisher). Ça marche aussi avec « att smsa » (envoyer un sms) par exemple.Il y a et aura toujours à apprendre dans le domaine des langues.Le principal est d’aborder tous cela armé de patience, motivation, et surtout de bien définir votre objectif.

Pour vous qui désirez aller plus loin dans l’apprentissage des langues si comme moi vous voulez vous expatrier, j’ai écrit un guide spécialement pour vous.

Vous y découvrirez :

  1. En quoi apprendre la langue du pays d’accueil est important

  2. Par quoi commencer l’apprentissage de la langue

  3. Comment apprendre du vocabulaire (plus poussé encore que cet article)

  4. Des témoignages d’expatriés.

Le guide est disponible gratuitement !